Lavande

LAVANDE

Le nom de « lavande » fait référence à un groupe de plantes originaires du nord-ouest de la Méditerranée appartenant à la famille des Lamiacées (Labiatae) et du genre Lavandula. Ce sont des plantes vivaces pluriannuelles qui résistent bien aux climats arides et sévères et qui, selon les espèces, s'adaptent aux environnements montagneux, des collines ou des côtes.

Elles embellissent et parfument de nombreuses pentes arides des montagnes méditerranéennes et se présentent comme un arbuste boisé d'où s'élèvent des tiges gris-blanchâtres avec des feuilles opposées dans la partie basse. Les longues tiges nues, d’où partent normalement deux bractées, mènent à un groupe de petites fleurs bleu-violet en forme de pointe. Dans la nature, très rarement, elles arrivent à dépasser un mètre de haut. Les hybrides appelés lavandins peuvent être plus hauts.

LAVANDE

Le Lavandula angustifolia est l'espèce qui présente le plus grand intérêt et est connu également sous d’autres noms tels que L. officinalis ou L. vera. C'est la plus petite plante parmi les espèces de lavande. Elle pousse sur des sols ensoleillés entre 500-800 et 1800-2000 mètres d'altitude, d'où une bonne résistance au gel. L. angustifolia forme un arbuste relativement compact d’où dérivent de nombreuses tiges florifères, non ramifiées, portant un court épi d’un bleu très intense qui fleurit en juillet-août. Cette espèce est répandue en Espagne, France (Alpes-Maritimes, Provence, Dauphiné, Gard, Lozère, Ardèche, Haute-Loire), Suisse (basses vallées du Valais), Italie et la péninsule des Balkans. En Italie, elle est présente sur les Alpes liguriennes, maritimes et de Cozie et plus généralement sur les pentes alpines de la Ligurie et du Piémont, ainsi qu'en Toscane, en Campanie et dans la partie orientale de la Calabre et de la Basilicate. Par contre, elle est absente dans de nombreuses régions du littoral adriatique.

L’espèce L. latifolia, qui diffère de celle de L. angustifolia en raison de son aspect moins compact et de ses feuilles plus larges, présente peu d'intérêt pour la culture. La L. latifolia est en moyenne plus répandue que la L. angustifolia et peut même atteindre une hauteur d'un mètre. Elle se développe dans la tranche altimétrique entre 400 et 600 mètres d'altitude. Elle est présente dans certains pays du nord de la Méditerranée, en particulier en Espagne (Aragon et Murcie), en France (Languedoc et Provence) et en Italie sur le littoral tyrrhénien. Plus sensible au froid que la L. angustifolia, elle ne pousse pas dans les régions du nord comme le Piémont et la Lombardie. La fleur de L. latifolia se distingue de celle de L. angustifolia en raison d’une couleur plus claire, tendant au lilas et en raison de l'odeur qui, dans ce cas, est plus riche en camphre. Étant donné qu’une grande partie de la production de la lavande est destinée à la parfumerie, la grande quantité de camphre présente dans l'huile essentielle a limité la culture de cette espèce.

Le croisement entre L. angustifolia et L. latifolia génère le lavandin, un hybride stérile. Cet hybride est évidemment présent dans la tranche altimétrique médiane où les deux espèces coexistent. La propagation naturelle de l'hybride est toutefois quantitativement insignifiante par rapport à la diffusion opérée par l'homme. Cela est dû au rendement remarquable en huile essentielle qui est au moins triple par rapport à la production de L. angustifolia. La plus grande quantité de camphre présente le rend plus adapté à la production industrielle et non à la parfumerie. Les autres espèces particulièrement importantes sur le territoire d’ALCOTRA sont celle de L. dentata, particulièrement intéressante comme plante ornementale et celle de L. stoechas, qui pousse dans des environnements chauds et ensoleillés, également proches du niveau de la mer, notamment en Provence.

Dans le cadre du projet FINNOVER 1198, l’objectif est de mettre en évidence les propriétés pharmacologiques, nutraceutiques et biopesticides potentielles de certains cultivars de lavande répartis sur le territoire d'ALCOTRA.

Nombreux sont les produits transformés de la lavande et il existe de nombreuses utilisations possibles. Le nom de Lavandula provient de « laver », rappelant l'emploi qui a toujours été fait de la lavande dans l'hygiène personnelle. De plus, les qualités esthétiques et olfactives de la fleur de lavande se prêtent très bien à la création d'objets pour décorer et pour parfumer les lieux. La lavande peut être utilisée seule ou mélangée à d'autres épices, comme aromatisant dans la préparation d'aliments et de boissons.

Plusieurs espèces peuvent également avoir des applications thérapeutiques. La médecine traditionnelle chinoise, par exemple, fait recours à la lavande pour traiter différentes maladies, dont l'infertilité, l'infection, l'anxiété et la fièvre. La médecine arabe l’utilise pour traiter les maux d’estomac et les problèmes rénaux.

Des traditions populaires l'utilisent également à d'autres fins thérapeutiques : antidépresseur, antispasmodique, antiflatulent, antiémétique, diurétique et comme remède topique pour les piqûres d'insectes.

Une autre utilisation, moins connue mais largement documentée dans la littérature scientifique, est la possibilité d’utiliser des huiles essentielles à base de lavande comme répulsifs et biocides contre différentes espèces d'insectes.

2.jpg
3.jpg
1.jpg